A l'assaut des lagunes chiliennes | désert d'Atacama-Chili

9h00– L’heure du départ... San Pedro de Atacama, nous sommes les premiers à l’ouverture de la station de location de VTT. Nous embarquons à bord de 2 VTT avec suspensions fonctionnelles (contrairement aux 2 vélos loués la veille à l’auberge de jeunesse… !). On règle nos casques puis nous voici en selle en direction de nos 1ers objectifs du jour : La laguna Cejar et la laguna piedra situées à environ 18km de San Pedro de Atacama. La sortie de SPA se fait sans encombre et avec vue sur notre Licancabur. Nous sommes confiants sur le déroulement de la journée, sourire aux lèvres et sûrs de notre forme physique. Puis dès la sortie de San Pedro, les sourires se crispent, la piste devient tantôt sablonneuse, tantôt taulée ou tantôt poussiéreuse lors des passages des 4x4 ! Mais l’objectif des lagunes nous motive et nous fait oublier les douleurs liées à la selle et la piste taulée ! Il nous faudra 1h30 pour atteindre cette première escale.

Leçon n°1 : Malgré les fortes chaleurs, les chiliens ne sont pas opérationnels avant 9h.



10h30– L’heure de la récompense... Nous voici enfin face aux lagunes de los cejar et de las piedras. Nous sommes seulement 4 visiteurs pour cet immense site qui nous laisse sans voix. En effet les excursions en navette organisées au départ de San Pedro se font en soirée. Nous avons donc toute la matinée devant nous pour profiter pleinement de ce paradis naturel. Nous posons les vélos, et marchons là où c’est autorisé, nous observons la vie animale et admirons la découpe des lagunes aux eaux vertes, bleues profond ou transparentes. La baignade est autorisée dans l’une d’entre elles et les alentours équipés de douches pour rincer nos traces de crèmes solaires ou autres produits qui pourraient infecter les eaux lors des baignades. Les sites Chiliens sont très réglementés, tous payants et entretenus pour limiter l’accès, éviter la surpopulation et ainsi préserver les espaces naturels.

Leçon n°2 : Vivre en décalé vis-à-vis de la masse touristique pour rencontrer calme et quiétude qui invitent à la détente.



11h30– L’heure du bain salé ! Nous voici donc rincés de notre crème solaire et donc fins prêts pour la baignade ! Mais surprise, le taux de sel de ce bassin est tellement élevé qu’il nous faut faire un effort pour descendre tout le corps dans l’eau ! La température extérieure de 38°C et la beauté des eaux nous aident grandement à fournir cet effort pour effectuer les premières brasses ! Nous flottons et profitons paisiblement des paysages environnants seuls au monde face au majestueux Licancabur.

Leçon n°3 : Apprécier le moment présent


12h30– Après 1 bonne heure de relaxation salée, un rinçage efficace, nous profitons d’un pique-nique à l’ombre, dans les espaces prévus à cet effet. Nous reprenons quelques calories avant de repartir pour les prochaines lagunes : Los Ojos del salar situées à 11km de là.


13h30– L’heure de repartir ! Nous voici donc à nouveau en selle en direction des lagunes de los ojos. 11km et 45min plus tard, nous voici à nouveau dans l’eau ! Les bassins sont plus étroits mais pas moins surprenants, il y en a un de chaque côté de la route nettement découpés telles des piscines creusées naturellement. L’eau est plus fraîche cette fois-ci, moins salée et l’accès n’est pas réglementé. Nous ne nous attardons pas et poursuivons jusqu’à la prochaine lagune sans trop penser que pour le moment tous les kms parcourus ne font que nous éloigner de SPA. Mais l’appel de la lagune Tebinquinche située à seulement 4km est plus fort !

Leçon n°4 : Assumer ses choix lorsque l’on décide de faire 8km de piste taulée en plus juste pour voir une lagune supplémentaire.



15h00– Nous voici à la dernière lagune de la journée. Nous ne rentrerons pas dans le parc cette fois-ci car la lagune est immense et nous devons refaire tout le chemin inverse pour rentrer à San Pedra de Atacama. La raison l'emporte...On rebrousse alors chemin, forts contents d’avoir atteint nos objectifs et de la magie des lieux que nous avons traversés.


18h00– C’était sans compter la difficulté du retour, la piste qui nous a paru bien plus taulée et caillouteuse qu’à l’aller, c’était pourtant bien le même itinéraire ! Mais même à travers des paysages de rêves, la monotonie et l’absence d’objectif intermédiaire suffisent à titiller notre mental ! Il nous aura fallu presque 3h pour faire ce trajet retour.

Leçon n°5: voir leçon n°4 😉


Nous aurons alors parcouru 66km de piste inconfortable et fait trembler nos selles et nos guidons pendant 6 longues heures. Mais ce retour interminable rend ce souvenir inoubliable et renforce la magie des moments vécus au bord de ces lagunes.